>


Présentation



Découvrez une maison d'édition qui gagne à être connue...



Ce site est entièrement dédié à l'écrivain américain Paul Auster. S'il est à l'heure actuelle loin d'être achevé, il contient cependant assez d'informations pour être mis à la disposition des internautes.

Outre une courte biographie et une page de liens, L'Autre Monde de Paul Auster se compose de deux parties bien distinctes.

La première consiste en une analyse de deux aspects particuliers de l'oeuvre de Paul Auster : les thèmes de la narration et de l'opposition nature-culture, très présente dans ses romans. Dans ces deux parties vous trouverez le point de vue de l'auteur de ce site sur les romans de Paul Auster (des points de vue qui n'engagent bien évidemment que lui...).


Vos critiques seront les bienvenues à l'adresse suivante : domdem@netcourrier.com.

Ces deux chapitres (qui devraient bientôt être complétés par un troisième) contiennent de nombreux liens visant à expliciter plus particulièrement certains points de ma réflexion.

La seconde grande partie de ce site se nomme "Atlas austérien".

Pourquoi une telle appellation ? Paul Auster l'a souvent dit : il a une prédilection pour la marche.

"[...] mais de même qu'un pas entraîne immanquablement le pas suivant, une pensée est la conséquence inévitable de la précédente et dans le cas où une pensée en engendrerait plus d'une autre [...], il sera non seulement nécessaire de suivre la première jusqu'à sa conclusion mais aussi de revenir sur ses pas jusqu'à son point d'origine, de manière à reprendre la deuxième de bout en bout, puis la troisième, et ainsi de suite, et si on essayer de se figurer mentalement l'image de ce processus on verrait apparaître un réseau de sentiers, telle la représentation de l'appareil circulatoire humain, [...] ou telle une carte, [...] de sorte qu'en réalité, ce qu'on fait quand on marche dans une ville, c'est penser, et on pense de telle façon que nos réflexions composent un parcours, parcours qui n'est ni plus ni moins que les pas accomplis, si bien qu'à la fin on pourrait sans risque affirmer avoir voyagé et, même si l'on ne quitte pas sa chambre, il s'agit bien d'un voyage, on pourrait sans risque affirmer avoir été quelque part, même si on ne sait pas où." (l'Invention de la solitude)

Nombre des personnages austériens n'hésitent pas à arpenter la ville, les routes et même les déserts. Paul Auster a d'ailleurs fait un parallèle entre la marche et l'écriture. Selon lui, on se déplace autant en marchant qu'en promenant son stylo sur une feuille de papier.
De ses moments de solitude dans son studio de Varick Street à New York ou dans sa chambre de bonne du treizième arrondissement à Paris, Paul Auster a tiré une bonne leçon qu'il a su enseigner à ses personnages et à ses lecteurs :

"La mémoire comme un lieu, un bâtiment, une succession de colonnes, de corniches et de portiques. Le corps à l'intérieur de l'esprit, comme si là-dedans nous déambulions d'un lieu à un autre, et le bruit de nos pas tandis que nous déambulons d'un lieu à un autre." (l'Invention de la solitude)

Les romans de Paul Auster sont des chemins, des itinéraires où l'on tombe parfois sur des impasses, où l'on peut revenir sur ses pas, s'attarder quelque part avant de repartir.
Ces chemins je les ai souvent empruntés et j'en présente ici quelques-uns.

L'Atlas austérien se divise en trois parties :